Facebook Twitter Instagram Snapchat YouTube
Facebook Twitter Instagram Snapchat YouTube

Loading...

v

La Colline - théâtre national

Years 17-18

from 17 January to 11 February 2018 Petit Théâtre

from 19 to 28 January 2018 Grand Théâtre

Titre Image

[Shadow (Eurydice speaks)]

by Elfriede Jelinek

directorKatie Mitchell

with 
Jule Böwe, Cathlen Gawlich, Renato Schuch, Maik Solbach
Schatten © Gianmarco BresadolaSchatten © Gianmarco BresadolaSchatten © Gianmarco Bresadola

<

>

find out more

booking

V

 

from 6 to 18 February 2018 Grand Théâtre

Titre Image

by Doug Wright

directorJean-Pierre Cloutier, Robert Lepage

with 
Pierre‑Yves Cardinal, Érika Gagnon, Pierre‑Olivier Grondin, Pierre Lebeau, Robert Lepage, Mary‑Lee Picknell
Quills © Stephane Bourgeois

<

>

find out more

booking

V

 

from 6 March to 1 April 2018 Petit Théâtre

Titre Image

[Dinner Downtown]

by Christine Angot

directorRichard Brunel

with 
Emmanuelle Bercot, Valérie de Dietrich, Noémie Develay‑Ressiguier, Jean‑Pierre Malo et Djibril Pavadé
Dîner en ville © Jean-Louis FernandezDîner en ville © Jean-Louis FernandezDîner en ville © Jean-Louis Fernandez

<

>

find out more

booking

V

 

from 14 March to 11 April 2018 Grand Théâtre

Titre Image

[Victoires]

by Wajdi Mouawad

with 
Emmanuel Besnault, Maxence Bod, Mohamed Bouadla, Sarah Brannens, Théodora Breux, Hayet Darwich, Lucie Digout, Jade Fortineau, Julie Julien, Maxime Le Gac‑Olanié, Hatice Ozer, Lisa Perrio, Simon Rembado,  , Charles Segard‑Noirclere, , Paul Toucang, Etienne Wu Paul Lou, Mounia Zahzam, Yuriy Zavalnyouk...
Victoires Wajdi Mouawad

<

>

find out more

booking

V

 

from 2 to 26 May 2018 Grand Théâtre

Titre Image

[Tracking]

by Alexandra Badea

directorAnne Théron

with 
Liza Blanchard,  Judith Henry,  Nathalie Richard et Maryvonne Schiltz
A la trace © Jean-Louis Fernandez

<

>

find out more

booking

V

 

from 3 to 19 May 2018 Petit Théâtre

Titre Image

[In the woods]

by Claudine Galea

directorBenoît Bradel

with 
Émilie Incerti Formentini, Raoul Fernandez, Emmanuelle Lafon, Seb Martel, Séphora Pondi et à l’image Gaël Baron, François Chattot, Valérie Dréville, Norah Krief, Annie Mercier...
Equipe de Au bois @DRAu Bois © Benoît Bradel

<

>

find out more

booking

V

 

from 23 May to 17 June 2018 Petit Théâtre

from 31 May to 14 June 2018 Grand Théâtre

Titre Image

[I am a country]

by Vincent Macaigne

with 
Sharif Andoura, Thomas Blanchard, Candice Bouchet, Thibaut Evrard, Pauline Lorillard, Hedi Zada... et les enfants

<

>

find out more

booking

V

 

from 31 May to 14 June 2018 Grand Théâtre

Titre Image

[Here is what I am never going to tell you]

by Vincent Macaigne

with 
Sharif Andoura, Thomas Blanchard, Candice Bouchet, Thibaut Evrard, Pauline Lorillard, Hedi Zada

<

>

find out more

booking

V

 

from 19 September to 14 October 2018 Petit Théâtre

Titre Image

[Points of no return]

by Alexandra Badea

with 
Amine Adjina, Madalina Constantin, Kader Lassina Touré, Thierry Raynaud, Sophie Verbeeck
Points de non-retour © Kader Lassina Touré

<

>

find out more

booking

V

 

Past performances

from 20 September to 19 October 2017 Petit Théâtre

from 27 September to 7 October 2017 Grand Théâtre

Titre Image

[Stadium]

by Mohamed El Khatib

directorMohamed El Khatib et Fred Hocké

with 
une soixantaine de supporteurs du Racing Club de Lens

<

>

find out more

V

 

from 11 to 22 October 2017 Grand Théâtre

Titre Image

[The Blind Poet]

by Jan Lauwers & Needcompany

with 
Grace Ellen Barkey, Jules Beckman, Anna Sophia Bonnema, Hans Petter Melø Dahl, Benoît Gob, Maarten Seghers, Mohamed Toukabri, Elke Janssens, Jan Lauwers

<

>

find out more

V

 

from 8 November to 2 December 2017 Petit Théâtre

from 17 November to 17 December 2017 Grand Théâtre

Titre Image

[All Birds]

by Wajdi Mouawad

with 
Jalal Altawil, Jérémie Galiana, Victor de Oliveira, Leora Rivlin, Judith Rosmair, Darya Sheizaf, Rafael Tabor, Raphael Weinstock, Souheila Yacoub
Tous des oiseaux © Simon Gosselin

<

>

find out more

V

 

from 6 to 29 December 2017 Petit Théâtre

Titre Image

by Sébastien Barrier

directorNicolas Lafourest

with 
Sébastien Barrier, Nicolas Lafourest
Gus © Caroline Ablain

<

>

find out more

V

 

haut de page

X

Liliom

de Ferenc Molnár

mise en scène Galin Stoev

  • mise en scène Galin Stoev
  • traduction du hongrois Kristina Rády, Alexis Moati, Stratis Vouyoucas
  • scénographie Alban Ho Van
  • création musicale et sonore Sacha Carlson
  • création lumière Nathalie Borlée
  • costumes Natacha Belova
  • assistanat à la mise en scène Nadège Coste
  • avec Yoann Blanc, Anna Cervinka, Romain Dierckx, Christophe Grégoire, Christophe Montenez, Céline Ohrel, Marie-Christine Orry, Marie-Ève Perron, François Prodhomme

du 6 March au 4 April 2014

du mercredi au samedi à 20h30, le mardi à 19h30 et le dimanche à 15h30

malvoyant.jpgAudio-description
dimanche 23 mars et mardi 1er avril

malentendant.jpgSurtitrage en français
mardi 25 mars (annulé) et dimanche 30 mars

Grand Théâtre durée
2h environ

“Mais... ça t’est déjà arrivé qu’on te frappe
et que tu ne sentes rien ?”

“Je voulais écrire ma pièce avec le mode de pensée d’un pauvre gars qui travaille sur un manège de bois, à la périphérie de la ville”. C’est ainsi que Molnár, dramaturge hongrois qui connut un grand succès entre les deux guerres, parle de Liliom – sa pièce la plus célèbre, dont Fritz Lang fit un film en 1934. Pour Galin Stoev, le monde marginal de la foire est avant tout celui d’une misère sociale, affective, culturelle : à ses anti-héros, Molnár n’a donné qu’un langage rudimentaire qui les enferme. Quand l’amour naît entre Liliom le forain et Julie la petite bonne, leur relation est violente. Le jour où elle lui annonce sa grossesse, Liliom participe à un braquage qui aboutit à son suicide. La pièce bascule alors... dans l’au-delà : un Ciel aux airs de commissariat où les anges sont des détectives. Liliom pourra redescendre un jour sur terre pour faire “quelque chose de beau”. Mais aura-t-il les moyens de ce rachat? Galin Stoev, qui a monté Corneille et Marivaux à la Comédie-Française, et à La Colline Danse Delhi de Viripaev, veut raconter la profondeur des personnages de Molnár, et le chemin qu’ils font maladroitement vers leurs émotions, vers leurs sentiments, vers eux-mêmes.

 

avec le soutien de
institut_hongrois_-_logo_cmjn.jpeg

Édition

Le texte de la pièce est publié aux Editions Théâtrales.

Photos


Photo © Elisabeth Carecchio

Vidéos

 

Liliom - Teaser

 

Liliom - présentation de saison

Rencontres

Projet scénographie inter-écoles
Vernissage de l'exposition des maquettes sélectionnées
(Ecole Duperré, Ecole nationale supérieure d'architecture Paris Val-de-Seine, Ecole supérieure des Arts et Techniques, Ecole nationale supérieure d'Architecture de Paris La Villette)
lundi 10 mars à 18h30
entrée libre sur réservation au 01 44 62 52 12

Rencontre avec l’équipe artistique
mardi 18 mars à l’issue de la représentation

Rencontre théâtre et philosophie entre Galin Stoev et Mehdi Belhaj Kacem
animée par Alexandre Lacroix, directeur de la rédaction de Philosophie Magazine
lundi 24 mars à 20h30
en partenariat avec Philosophie Magazine et France Culture

Carte blanche à Galin Stoev au Mk2 Gambetta
samedi 22 mars à 10h30 : projection de Secrets et mensonges de Mike Leigh
samedi 29 mars à 10h30 : projection de Fish Tank de Andrea Arnold suivie d'une rencontre avec le public

Les personnages présentés dans ces deux films (Secrets et mensonges de Mike Leigh  le 22/03 et Fish Tank de Andrea Arnold le 29/03) sont profondément marginaux : non seulement socialement, mais aussi psychologiquement et émotionnellement. Ainsi, ils éprouvent systématiquement des difficultés à s'exprimer, à trouver des points de repère appropriés qui pourraient leur permettre de réaliser leur potentiel humain. C’est ce qui explique qu’ils s’embarquent systématiquement dans la mauvaise voie, et s’empêtrent dans un interminable processus d’échec. Il y a cependant quelque chose d’autre, qui peut modifier le regard que nous leur portons. Dans Fish tank, le manque d'intelligence affective et de boussole morale se voit rattrapé par une tendresse extrême, et une beauté qui brille malgré tout. Dans Secrets et mensonges, l'histoire parvient à susciter un très haut niveau de compassion, précisément parce que les personnages y sont maladroits. Ces deux films sont comme des hymnes à l'humanité, laquelle parvient à se manifester malgré tout, dans les constellations les plus improbables.