La République des traducteurs 2
Atelier de la pensée autour des traducteurs de Valère Novarina

samedi 5 octobre de 11h à 16h30

Grand théâtre

entrée libre sur réservation

au 01 44 62 52 52

ou billetterie@colline.fr

événement organisé sous la direction de Marco Baschera, professeur émérite de littérature générale et comparée et de littérature française à l’Université de Zurich, Constantin Bobas, professeur en études néo-helléniques et études interculturelles à l’Université de Lille, directeur du Centre d’Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères.

Conférence inaugurale et commentaires : Frédéric Boyer, auteur et directeur des Éditions P.O.L.

Dans un espace de théâtre, les modérateurs soumettent aux traductrices et aux traducteurs trois courts extraits de textes (récents et anciens) de Valère Novarina. Leurs traductions s’affichent en direct sur un écran géant, placé sur la scène du théâtre de La Colline, autour du texte original. Puisque leurs échanges sont captés par des micros et diffusés dans la salle du théâtre, les traducteurs sont à même de tisser et dévoiler de vive voix « un foyer de reconnaissance et de découverte » vivant par les langues qui le sédimentent et l’inspirent.

Tout en travaillant, ils discutent ensemble des problèmes que suscitent les textes et soulèvent des questionnements profonds sur ce qu’est le langage humain.

Pour franchir le seuil de ce foyer, nul besoin d'être polyglotte ou de manifester une expérience particulière dans le domaine des langues : la production des huit traducteurs et des modérateurs qui les accompagnent de leurs commentaires et questionnements favorisent la participation du public. Le travail se développe «entre ouverts». Il a lieu en direct, vers le dehors, car il est mouvant et tourné vers le public.

La République des traducteurs se propose de créer des contacts privilégiés entre les langues et les cultures à la recherche d’un lieu de rencontre avec l’altérité et le vivre ensemble. Elle tente d’expérimenter de nouvelles formes concrètes de la mondialisation en visant également une dimension politique afin de penser la relation réciproque entre le commun et le singulier. Car elle met l’accent sur les différences dans l’approche des langues à des phénomènes apparemment analogues. Et c’est à travers la traduction, cette « épreuve de l’étranger », que se manifestera un une résonance universelle d’ordre linguistique et non pas une équivalence conceptuelle.    

en présence de Valère Novarina et des traducteurs :
Georgine Ayoub - arabe
Gioia Costa - italien
Amin Erfani - anglais
Yuriko Inoue - japonais
Natalia Mavlevitch - russe
Louisa Mitsakou - grec
Zsofia Rideg - hongrois
Leopold Von Verschuer - allemand

ainsi que d’autres traducteurs invités…

coordination L'Union des contraires et Adélaïde Pralon

 

Manifestation organisée avec le concours de la Robert Bosch Stiftung - programme Toledo et du Laboratoire CECILLE EA 4074/Université de Lille

 

La compagnie L’Union des contraires est conventionnée par le ministère de la Culture - DRAC Ile-de-France

voir toutes les photos
© Valère Novarina