August Strindberg

auteur (1849-1912)

C’est le 22 janvier 1849 que naît Johan August Strindberg, au sein d’une famille déjà nombreuse et qui connaît des moments difficiles. Son père, d’origine bourgeoise, est épicier, puis commissionnaire maritime; sa mère, issue d’un milieu pauvre, a auparavant servi comme bonne. À sa mort, le jeune August, qui fait preuve d’une sensibilité très vive, est âgé de treize ans. Au sortir du lycée, il commence à l’automne de 1867 des études de médecine à l’université d’Uppsala, mais rentre au printemps de 1868 à Stockholm, où il trouve une place de précepteur : il lui faut gagner sa vie. L’année suivante, il se découvre une vocation d’auteur dramatique et renonce à la carrière médicale. Deux autres séjours à Uppsala, en 1870 et en 1871, ne lui rapportent aucun titre universitaire.

À partir de 1872, Strindberg s’établit à Stockholm, où il est employé comme journaliste. En décembre 1874, il est nommé assistant à la Bibliothèque royale et le sera jusqu’en 1882. Il fait la connaissance et tombe amoureux de Siri von Essen (1850-1912), baronne Wrangel, en 1875. Après avoir obtenu le divorce, celle-ci fait ses débuts au théâtre; Strindberg l’épouse le 30 décembre 1877. Les premières années de mariage sont heureuses; Strindberg a deux filles, Karin et Greta. Son premier grand drame, Maître Olof (1872), dont il écrit une seconde version en vers en 1876, et surtout le roman de critique sociale La Chambre rouge (1879) lui ont apporté la célébrité. Mais les critiques ne se font pas faute de l’attaquer, et bientôt sa susceptibilité maladive le force à fuir la Suède, brisant ainsi la carrière dramatique de sa femme. En 1883, Strindberg part pour la France avec sa famille ; l’année suivante, il s’installe en Suisse, où naît un fils : Hans. La parution de la première partie de Mariés (1884) lui attire un procès, et il doit se rendre à Stockholm, incident qui le laisse empreint d’une profonde amertume.

Il vient s’établir au Danemark en 1887, où il vit avec sa famille dans des conditions économiques de plus en plus précaires, et il rentre en Suède en 1889, dans un climat de folie et de discorde : le divorce sera finalement prononcé en 1891. La production littéraire de Strindberg s’intensifie : autobiographie, qu’il intitule Le Fils de la servante (1886) ; romans, parmi lesquels Gens de Hemsö (1887) et Au bord de la mer (1890) ; théâtre, avec les grands drames naturalistes : Père (1887), Mademoiselle Julie (1888) et Créanciers (1888). En septembre 1892, Strindberg part pour Berlin, où il rencontre Frida Uhl (1872-1943), journaliste autrichienne de vingt et un ans. Ils se marient au mois de mai 1893 à Helgoland et font un voyage de noces en Angleterre. Puis ils séjournent en Allemagne et en Autriche. Une petite fille, Kerstin, naît de leur union. En août 1894, Strindberg vient à Paris et sombre de nouveau dans la misère et la folie. Sa femme rompt avec lui, mais ce n’est qu’en 1897 que sera acquis le divorce.

Pendant son séjour à Paris, Strindberg entre dans la période de crises qu’il décrira dans Inferno (1897) : cinq crises de névrose de juillet 1894 à novembre 1896. Il revient ensuite en Suède et, après un bref voyage en Autriche, s’installe à Lund, où il restera jusqu’en 1899. Sa production littéraire s’est renouvelée : les trois parties du drame allégorique intitulé Le Chemin de Damas (1899-1904) sont surprenantes. Mais Strindberg se tourne essentiellement vers les drames historiques, dont le plus célèbre est sans conteste Gustave Vasa (1899). En 1899, il a cinquante ans : la prospérité lui est enfin revenue, et il peut définitivement venir vivre à Stockholm. Il s’éprend d’une jeune actrice norvégienne, Harriet Bosse, qu’il épouse le 6 mai 1901. Mais leur bonheur est de courte durée, malgré la naissance d’une fille, Anne-Marie, l’année suivante. Ils divorcent en 1904. Solitaire une fois encore, Strindberg rédige, non sans fureur, Drapeaux noirs (1904), puis monte en 1907 son Théâtre-Intime (Kammarspel), ce dont il rêvait depuis longtemps. Il meurt le 14 mai 1912.

Œuvres principales

Théâtre

Maître Olof (1872), Père (1887), Mademoiselle Julie (1888), Paria (1888), Créanciers (1889), Le Chemin de Damas (1898-1904), La Danse de mort (1901), Le Songe (1902), Le Pélican (1907), La Sonate des spectres (1907).

Romans, nouvelles, récits et contes

Le Cabinet rouge (1879), Destins et visages (1882- 1885), Mariés ! (Giftas I & II, 1884 & 1886), Tschandala (1889), Au bord de la vaste mer (1890), Le Couronnement de l’édifice (1906)

Autobiographies

Le Fils de la servante (1886), Fermentation (1867-1872), Dans la chambre rouge (1872-1875), L’Écrivain (1877-1886), Le Plaidoyer d’un fou (1895) ; Inferno (1897), Légendes (Inferno III, 1898), L’Abbaye (1902), Seul (1903)

Essais

Parmi les paysans français (1889), Petit catéchisme à l’usage de la classe inférieure (1884-1886).

Correspondance

Lettres à Harriet Bosse (1900-1906), Bréviaire alchimique. Lettres d’August Strindberg à Jollivet-Castelot (1912?).

archives
Père
texte August Strindberg
mise en scène Christian Schiaretti
archives
Le Chemin de Damas
texte August Strindberg
mise en scène Robert Cantarella
archives
Mademoiselle Julie
texte August Strindberg
mise en scène Christian Schiaretti
archives
Créanciers
texte August Strindberg
mise en scène Christian Schiaretti