création 
Créanciers

de August Strindberg, mise en scène Christian Schiaretti

du 7 mai au 11 juin 2011 au Grand Théâtre

le mercredi à 19h30, le vendredi et le samedi à 20h30 et le dimanche à 18h30. 
Les samedis et dimanches, Mademoiselle Julie & Créanciers sont proposés en intégrale, et du mardi au vendredi en alternance.

Tes paroles entrent en moi comme des lames,
je sens qu’elles coupent, qu’elles coupent quelque chose, mais je ne puis les empêcher.

August Strindberg

Dans Mademoiselle Julie (1888), une jeune aristocrate, exaltée par une nuit de Saint-Jean, séduit son domestique, mais le charme, aussitôt rompu, fait mortellement s’affronter les idéaux de l’une à la volonté d’ascension sociale de l’autre. Dans Créanciers (1889), un ex-mari manipule le nouvel époux qui ne sait pas à qui il a affaire, le faisant mortellement douter de la fidélité de sa femme.
Après Père (1887), Christian Schiaretti, directeur du Théâtre National Populaire - Villeurbanne, revient à Strindberg : deux pièces écrites l’une à la suite de l’autre qu’il met en scène avec la même équipe d’acteurs, dans un décor unique. Les deux oeuvres utilisent à la fois l’intuition brûlante de l’écrivain et son génie de la construction. S’il y a dans les deux cas, nécessité de tuer, un affolement du sentiment, il y a aussi dans l’artisanat théâtral de l’auteur, la mise en oeuvre scrupuleuse d’un suspense policier : deux meurtres calculés et improvisés, dont le mobile est improbable et l’arme reste introuvable. Car l’arme est ici le mot, le mot pur, pour lui-même, et c’est de lui que l’on meurt. Il n’y a pas chez Strindberg le réconfort du flou du sens, il y a la folie criminelle, l’expression du tragique, à travers le tranchant même du mot.

équipe artistique

de August Strindberg 

traduction du suédois Terje Sinding 

mise en scène Christian Schiaretti 

scénographie Renaud de Fontainieu

accessoires Fanny Gamet 

costumes Thibaut Welchlin 

lumières Julia Grand

son Laurent Dureux 

coiffures et maquillage Claire Cohen 

conseiller littéraire Gérald Garutti 

assistante Laure Charvin Gautherot

assistante lumières Mathilde Foltier-Gueydan 

accessoiriste et assistante à la scénographie Fanny Gamet 

élèves metteurs en scène de l'ENSATT Jean-Philippe Albizatti, Guillaume Fulconis, Baptiste Guiton

stagiaires à la mise en scène Laura Butzbach-Calvet, Élodie Vandenbroucque, Clément Mercier, Thomas Pondevie 

avec Christophe Maltot, Clara Simpson, Wladimir Yordanoff

Photo © Élisabeth Carecchio
voir toutes les photos

production

production Théâtre National Populaire – Villeurbanne (le Théâtre National Populaire est subventionné par le ministère
de la Culture et de la Communication, la ville de Villeurbanne, la région Rhône-Alpes et le département du Rhône),
coréalisation La Colline - théâtre national, avec la participation artistique de l’ENSATT

La guerre des sexes
Deux débats organisés par La Fabrique des Idées du TNP
animés par Gérald Garutti, dramaturge, conseiller littéraire
du TNP
 
1. Le drame de l’amour
mardi 31 mai à 19h30 à l’Université de Chicago à Paris
avec Sylviane Agacinski et Alain Finkielkraut, philosophes
6 rue Thomas Mann, Paris 13e - réservation 01 53 94 78 80
 
2. Identité sexuelle et destin social
mercredi 1er juin à l’issue de la représentation
de Créanciers

avec Geneviève Fraisse, philosophe et historienne
et Martine Reid, historienne de la littérature, présidente de la Société Internationale pour l’Étude des Femmes de l’Ancien Régime
 

L’amour, une guerre à mort entre les sexes ? Une lutte des cerveaux, une scène de méninges perpétuelle, l’entretien infini (dé)généré par une mésentente essentielle ? Misogyne et misandre, en haine des genres et du genre humain - misanthrope à la fureur, Strindberg dissèque, dans toute leur cruauté, maladies de l’âme et machines infernales du couple. De fusion en destruction, le duo d’amour vire au duel mortel, et, sous l’oeil rapace du tiers voyeur, en trio fatal. À la sombre lumière de ce carnage, comment penser la différence sexuelle sans la rabattre sur un antagonisme manichéen, une identité abrasante, une complémentarité béate ou une confusion pernicieuse? Le sexe décide-t-il de tout – du drame de l’amour au destin social ?

découvrir aussi
Tous des oiseaux
Wajdi Mouawad
5 décembre — 30 décembre
2017 - 2018
en savoir plus
Dormir 100 ans
Pauline Bureau
11 décembre — 23 décembre
2017 - 2018
en savoir plus
Concert - Musique originale de Tous des oiseaux
Eleni Karaindrou
17 décembre — 17 décembre
2017 - 2018
en savoir plus