La Parole nochère
expérience poétique autour de la mémoire des disparus

un projet de Wajdi Mouawad et Kaori Ito

avec Charlotte Farcet, Victor de Oliveira , Delphine Lanson et Kaori Ito

extrait parole nochère
Kaori Ito Citation parole nochère

 

Le nocher mène en barque un passager d’une rive à une autre. Il est Charon, nocher de l’Hadès, le navigateur qui prend soin de son passager. Reliant un monde à un autre, La parole nochère serait donc cette parole qui porte la mémoire de ceux et celles qui nous ont quittés.

En ces jours de glissement où le monde aussi passe d’une rive à une autre, c’est là une question qu’un théâtre doit se poser : comment parler de la mort ? Comment aider à faire le deuil ? Lorsque l’on sait qu’à l’époque de la Grèce antique aucun hôpital ne se construisait sans un théâtre à ses côtés, on peut penser qu’il fut un temps où poésie, guérison et mort étaient intimement liées. Serait-il possible aujourd’hui de tenter, même imperceptiblement, de les relier à nouveau ?

Lire la note d'intention de Wajdi Mouawad   Lire la note d'intention de Kaori Ito

La Parole nochère invite qui le voudrait à témoigner de l’expérience de la perte d’un être cher, guidé par la voix d’un artiste à travers le combiné d’un téléphone. A l’issue de cette conversation le témoin pourra ensuite adresser, seul cette fois-ci, les paroles secrètes de l’hommage qu’il souhaite rendre au disparu.

Sans être écoutés, ces deux appels seront consignés anonymement. Dans une forme d’archéologie du présent, les paroles scellées du dialogue entre le témoin et l’artiste-guide seront enfouies au plus profond de La Colline, sous la grande scène, elle une présence radioactive au cœur-même du théâtre. Les paroles adressées aux disparus s’envoleront quant à elles au vent, dispersées telles des cendres depuis le toit du théâtre. Lorsque les rassemblements seront à nouveau envisageables sans crainte, les témoins seront invités à une célébration à La Colline, pendant laquelle les paroles se rejoindront, reliant la terre et le ciel. Une fête pour honorer les morts dans un théâtre, juché sur une colline, adossé à un cimetière.